Chablais : des acteurs de « Plus belle la vie » à Châtel

Publié le par InExtremis

Fabienne Carat et Stéphane Henon, qui incarnent les deux policiers de la série de France3, sont en tournage pour une pièce de théâtre filmée qui sera diffusée sur le web.

Les policiers de la série sont en résidence en Chablais.

 

Quelques livres, de vieux clichés jaunis, des affaires de gosse… Le huis clos prend corps dans l’univers confiné d’un grenier. Un grenier chargé d’histoires, d’histoires à tiroirs, de secrets, de non-dits, le tout sous-tendu par une grande tension psychologique. A l’écran : Fabienne Carat et Stéphane Henon, qui incarnent un duo de flics dans la série « Plus belle la vie » diffusée sur France 3. Mais depuis mardi, ils sont entrés dans la peau de Liane et d’Axel pour le tournage d’In Extremis, pièce de théâtre filmée.

Le pitch ? Liane va être séquestrée durant 24 heures par Axel, dans l’intimité de ce grenier. Il la connaît par cœur, alors que la réciproque n’est pas tout à fait vraie : « Oui, elle le connaît mais sans savoir vraiment d’où », livre lapidairement Laurence Genoud, auteur et réalisatrice. Pour le reste, et pour ne rien déflorer de l’intrigue : motus. Seuls témoignages, ceux des acteurs eux-mêmes, croisés hier durant la pause déjeuner dans le chalet châtellan qui accueille le tournage.

« On se connaît par cœur »

Si Stéphane Henon a accepté le rôle de ce foutraque à tendance bipolaire, c’est avant tout pour le texte. « C’est vraiment ce qui a pesé car c’est très très bien écrit. Axel est quelqu’un de plutôt ordinaire, mais il peut basculer d’une minute à l’autre dans une sorte de folie. C’est ça qui rend le personnage vraiment inquiétant ». Sorti la veille des studios marseillais où se tourne « Plus belle la vie », Stéphane Henon a dû se frotter à de très longs monologues. « Ce n’est pas facile, mais le one-man-show ressemble aussi à ça. Les textes sont appris sur le vif et durant la prise, il faut se laisser aller dans la sensation, le ressenti, à l’écoute de l’autre ».

Une écoute facilitée par la complicité entretenue avec Fabienne Carat. « On se connaît par cœur, aucun ne tire la couverture à lui, au contraire, on se tire mutuellement vers le haut », confie l’actrice. Son personnage ? Elle le dit à 1000 lieues d’elle. « Liane se contente de peu et en fait presque son bonheur. Elle a conscience, je crois, de la tristesse de sa vie, mais refuse de le voir… Je bouillonnerais d’avoir une vie comme ça ! » Mais de cette petite vie étriquée, son bourreau pourrait bien l’en extirper…

Mais chut, suite au prochain épisode…


 

Séance de dédicaces.

De 18h à 20h demain, séance de dédicaces, place de l’Eglise.

Soirée VIP en présence des comédiens, salle de la Châtelaine, à 20h30.

Réservation à l’office de tourisme ou sur www.lasuiteauprochainepisode.com

 

Le concept.

Première pièce de théâtre filmée, « In Extremis » sera diffusée en neuf web épisodes à partir du mois d’octobre sur www.lasuiteauprochainepisode.com

 

La réalisation.

Trois sessions de tournage sont programmées : en juillet, août et septembre. Ce sont en ce moment les épisodes 3 et 4 qui sont tournés.

Auteur de la pièce, Laurence Genoud revendique toutefois une maternité collective de la réalisation. Une dizaine de personnes compose en effet l’équipe technique. Et ils sont unanimes : « Il y a une alchimie naturelle qui a opéré dès la première session de tournage ! »  « J’ai vraiment été happé par le texte. J’attendais aussi de voir ce que les comédiens allaient mettre dedans et franchement pour l’instant, c’est que du bonheur ! C’est une belle aventure », témoigne l’un des deux opérateurs.

Le projet est produit par Altipub, filiale événementielle de la société des remontées mécaniques de Châtel.

 

Virginie Borlet.

 Le Dauphiné Libéré – jeudi 26 août 2010

 

http://lh3.ggpht.com/_3mDVWgUIwGw/THe6i9d8ETI/AAAAAAAAAlY/LuK0LoWseFw/s640/Dauphin%C3%A9%20Lib%C3%A9r%C3%A9%20photo.jpg

Publié dans Ils en parlent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article