La nuit je mens...

Publié le par InExtremis

Une petit vidéo du décor qui nous emporte un peu plus dans l'univers d'Axel, mais où Liane est déjà si présente...

 

 Du bois avec des mots, des phrases, gravés...

Une cible, peut-être seul endroit de "défoulement" de la frustration d'Axel ?

Une machine à écrire, objet central de leur histoire, sur laquelle ont été tapées tant de lettres restées sans réponse...

 

Les premiers mots sont difficilement lisibles et compréhensibles.

"Sentiments : Raisonctides !" (??), avec une date "16 juin 2010" et signé (?) Axel

Cela voudrait-il dire que les sentiments "tuent" la raison ? Que c'est la date à laquelle Axel a décidé de passer à l'action ? (ndlr : très bonne date choisie au demeurant ! ).

 

Et les phrases suivantes ("la nuit je mens / je m'en lave les mains") ne peuvent que faire penser à cette magnifique chanson d'Alain Bashung :

 

La nuit je mens
Je prends des trains à travers la plaine
La nuit je mens
Je m'en lave les mains.

J'ai dans les bottes des montagnes de questions
Où subsiste encore ton écho
Où subsiste encore ton écho.

J'ai fait la saison dans cette boîte crânienne
Tes pensées, je les faisais miennes
T'accaparer, seulement t'accaparer
D'estrade en estrade


J'ai fait danser tant de malentendus
Des kilomètres de vie en rose
Un jour au cirque
Un autre à chercher à te plaire
dresseur de loulous
dynamiteur d'aqueducs

 

Le clip d'Alain Bashung est troublant, on se croirait presque à la place d'Axel en train d'épier Liane...

 

 


 

Bref, un Axel qui ne vit qu'à travers Liane, qui ment et qui se ment, mais qui n'a qu'un seul but : qu'elle le remarque enfin ?

 

Le décor est planté.

Quelques infos sont distillées, telles les pierres du Petit Poucet...

A nous maintenant d'imaginer !

 

-Caroline-

 

Publié dans Notre oeil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alpha 10/07/2010 08:22


Imaginer, rêver, espérer...

Les voir même apaisés, comblés, heureux comme ils ne seront peut-être jamais!
Après un tel départ, après des espoirs si hauts, après des rêves si immenses, comment imaginer un happy-end! comment penser à un couple installé et routinier qui se dispute pour une broutille, ou
pire encore qui s'ignore??
Non, cet amour unique et immense ne peut déboucher que sur le drame et le désespoir.

A moins que.... et on en revient à nos déjà longues spéculations sur la fin de la pièce!

Merci à toutes de nous maintenir dans l'ambiance de cette confrontation dont on attend tellement!